l'évolution des prix de l'immobilier en région parisienne

Quelle est l’évolution des prix de l’immobilier en région parisienne ?

Les notaires du Grand Paris ont annoncé une légère hausse des prix de l’immobilier pour les maisons anciennes en région parisienne. Par contre, selon leurs prévisions, le prix des appartements devrait se stabiliser ou pourrait même connaître une baisse.

Prix de l’immobilier en région parisienne

les transactions immobilières dans la région parisienne

En parallèle : Comment estime-t-on le prix de l'immobilier ?

Les notaires du Grand Paris constatent depuis quelques mois que les transactions immobilières stagnent dans la région parisienne. Cependant, ils observent une augmentation des prix pour les maisons anciennes. Mais par rapport à l’année dernière, celle-ci serait de 6 % aussi bien pour la petite couronne que pour la grande.
Pour la grande couronne, le prix des appartements va augmenter. En revanche, en petite couronne, ce prix ne connaîtra pas de hausse mais peut-être une légère baisse. Ceci concerne l’ensemble des départements de la région, et on peut voir cette baisse si on compare avec le mois d’octobre. Bien sûr, on ne peut pas prédire avec précision si cette tendance va se confirmer ou non. Ce sera après quelques mois que l’on en saura davantage. De toute manière, la saison hivernale n’est jamais très dynamique pour le secteur de l’immobilier. Les notaires parlent d’une situation ponctuelle qui devrait changer dans les mois à venir.
Quant au prix proprement dit d’une maison, il existe une grande différence entre celui dans la petite couronne et celui dans la grande. En effet, pour la première, ce prix est aux alentours des 431 000 euros, alors que celui-ci est dans 325 600 euros en grande couronne. En Île-de-France, en ce début d’année, le prix d’une maison tourne autour de 356 400 euros. Le prix le plus élevé est aux alentours des 720 400 euros, prix pratiqué dans les Hauts-de-Seine. Par conséquent, c’est le département le plus cher. Le département le moins cher, dans les 272 700 euros, est la Seine-et-Marne.

L’impact de la crise sanitaire sur le prix de l’immobilier en région parisienne

une maison plus spacieuse et d'un jardin

Dans le meme genre : Quels sont les prix de l’immobilier à Bordeaux selon les agences immobilières ?

L’Île-de-France est particulièrement touchée par la crise sanitaire. Son dynamisme a considérablement ralenti dans le secteur du logement, même si certaines zones ont su tirer leur épingle du jeu.
Paris est la première à souffrir de la crise. Les multiples confinements n’ont rien apporté de bon. Pour le reste de la région, notamment les 10 principales villes de banlieue, les prix sont en décélération.
Il n’en reste pas moins qu’il y a une forte demande de maisons en banlieue parisienne. Ce sont les petites et moyennes villes qui s’en sortent le mieux. Les acquéreurs sont, de plus en plus, en quête d’un mieux-vivre, de se rapprocher de la nature. De ce fait, ils préfèrent s’éloigner un peu des grandes villes. D’autre part, les prix sont plus abordables en grande couronne.
De plus, avec le télétravail, nouveau mode de travail qui tend à s’instaurer, le fait d’habiter plus loin ne pose plus de problème. Même si les gens doivent faire de longs trajets pour se rendre au travail, ils misent sur ces villes plus éloignées. En effet, les zones rurales et les villes en périphérie ont la côte auprès des Français ces derniers temps. Ils y bénéficient d’une maison plus spacieuse et d’un jardin à la superficie plus grande.