Comment négocier le prix d'un bien immobilier ?

Comment négocier le prix d’un bien immobilier ?

Désirez-vous devenir propriétaire d’un bien immobilier ? Pour en acheter un, il faut impérativement passer par l’étape de la négociation. Mais comment s’y prendre ? Voici quelques conseils pour négocier un bien au juste prix.

1. Tenir compte de votre budget d’achat

Tenir compte de votre budget d'achat

A lire aussi : Prix moyen au mètre carré à Evian : une analyse détaillée

Avant d’entamer une quelconque négociation du prix d’un bien, vous devez décrypter votre budget. Sachez que la capacité de financement de l’ acquéreur est définie à partir de nombreux critères, à savoir son apport personnel, sa situation professionnelle, son pouvoir d’achat ou encore sa durée de remboursement.
Pour avoir une idée de votre capacité d’investissement en bien immobilier, il est recommandé de prendre un rendez-vous avec votre banquier. Tout en considérant votre budget disponible, il faut penser aux dépenses supplémentaires comme les frais de notaire et le coût de déménagement.

2. Bien analyser la situation avant la négociation

Bien analyser la situation avant la négociation

A lire en complément : L'évolution de l’immobilier au Pouliguen: une station balnéaire prisée de la côte atlantique

Plusieurs indicateurs essentiels sont à revoir avant d’engager une négociation de prix. Attardez-vous sur la norme de calcul de la surface utilisée par le vendeur. Est-ce la loi Carrez, la surface habitable, la SHOB ou la SHON ?
En plus du tarif au mètre carré, vous pouvez compléter votre propre estimation du bien en vous appuyant sur l’ancienneté, l’état, l’emplacement ou encore les caractéristiques. Il est utile de se questionner sur le délai de la mise en vente. Pour un logement à vendre depuis une semaine, la négociation ne sera pas la même qu’avec un bien mis en vente depuis deux ou trois mois.

3. Évaluer les travaux de rénovation

Évaluer les travaux de rénovation

La plupart du temps, les acheteurs mettent en avant les travaux de rénovation à réaliser afin de négocier à la baisse le prix d’un bien. Si des travaux sont à prévoir, le propriétaire sera obligé de diminuer son prix de vente.
Dans le cas où il n’y a aucune rénovation à faire, nous vous conseillons de consulter plus en détail le DDT ou le dossier de diagnostics techniques. Vous pouvez avoir ce document dès la première visite. N’hésitez pas à lire les conclusions des experts. Pour un logement ancien, les recommandations font souvent référence à l’amélioration énergétique.

4. Considérer la marge de négociation moyenne

Considérer la marge de négociation moyenne

Il s’agit de la différence entre le prix annoncé et le prix de vente. Aujourd’hui, on peut facilement retrouver des statistiques documentées pour chaque type de bien et chaque région. En analysant la marge de négociation moyenne de votre zone géographique, vous aurez une référence utile lors de la négociation.
Notons que cette marge est en principe corrélée à la pression immobilière. Pour les appartements, celle-ci représente 3 %, tandis qu’elle est de 5,2 % pour les maisons. Dans les grandes agglomérations, la marge de négociation est plus faible, puisque les logements se vendent souvent au prix annoncé.

5. Demander conseil auprès d’un professionnel

Demander conseil auprès d'un professionnel

Négocier entre particuliers n’est jamais facile. Solliciter l’aide d’un agent immobilier permet d’avoir des pistes pour mieux négocier le prix. Avec les avis d’un professionnel, on a une référence pour mener la transaction à des valeurs plus réalistes. Bien qu’il y ait des frais d’agence en donnant un mandat d’achat, vous restez toujours gagnant. Outre son expertise d’évaluation de logement, un spécialiste peut vous accompagner pour mieux argumenter votre négociation.